Bonjour

J’adore dire bonjour.
Je pourrai même dire que j’adore dire bonjour à n’importe qui.
Mais c’est qui n’importe qui?
Mon patron ou mes parents méritent mon bonjour, ma considération, mais pas n’importe qui d’autres?
Et toi, quel est ta relation avec les bonjours? 🙂

Retrouve moi sur les réseaux :
http://www.facebook.com/CemilChosesATeDire

Soutien moi sur Tipeee :
http://www.tipeee.com/CemilChosesATeDire

Pour un traité contraignant les multinationales en matière sociale et environnementale

Intervention de Jean-Luc Mélenchon le 7 juillet 2016 au Parlement européen en faveur d’un traité imposant des normes sociales et environnementales contraignantes pour les multinationales. Il s’est également prononcé pour que les grands espaces profonds marins et l’exploration interplanétaire soient placés sous la compétence de l’ONU. Voici la retranscription de cette intervention :

« C’est une bonne chose que nous approuvions les travaux qui sont en cours sous la présidence de madame l’ambassadrice Espinosa, représentante de l’État équatorien, en faveur d’un traité qui impose aux multinationales le respect de normes sociales et environnementales. Ceci est une excellente chose.

Encore faut-il que, ce traité, nous travaillions à ce qu’il soit contraignant et non pas simplement indicatif. Et encore faudrait-il que nous montrions du doigt les États-Unis d’Amérique qui ont quitté la table de la discussion en remettant en cause la présidence de ce groupe de travail. Cela était inadmissible. De même qu’une bonne partie des nations européennes se sont retirées de cette discussion. J’appelle à ce qu’on y retourne et que cela avance.

Je voudrais mettre à profit ce temps de parole pour attirer votre attention sur un point qui, généralement, ne marque personne. Et pourtant, regardez bien : je pense que nous sommes la première puissance mondiale capable d’intervenir pour aller dans le sens d’un monde ordonné sous l’égide des nations unies dans les domaines essentiels pour l’humanité en ce qui concerne la course que l’on observe partout vers les richesses et les matières premières.

Je conclus. Il est temps que l’Union européenne se prononce pour que les grands espaces profonds marins soient mis sous la compétence internationale de l’ONU et qu’il en aille de même avec les satellites et l’exploitation extra-planétaire, puisque, comme vous le savez, les États-Unis d’Amérique reconnaissent maintenant le droit de s’approprier de manière privée des espaces de la Lune. Je voudrais qu’on y pense. Et que l’Union européenne s’engage pour les droits universels de l’humanité dans le futur qui viendra. »

PAS LE PERMIS

Mais j’ai essayé, plusieurs fois, sans succès… et toi, tu l’as?
www.facebook.com/CemilChosesATeDire
www.twitter.com/CemilVideos

Mélenchon : « Ma principale promesse, c’est de changer les institutions »

Le 8 juillet 2016, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé l’accumulation «immorale» de richesses par quelques uns et a expliqué pourquoi la société fonctionnerait mieux si elles étaient mieux partagées. Il a également rappelé sa proposition de changer les institutions de notre pays en convoquant une assemblée constituante chargée de redéfinir les règles pour passer à une 6e République.

Imposons des normes sociales et environnementales aux multinationales

Intervention de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen le 5 juillet 2016 pour l’imposition de règles sociales et environnementales aux multinationales et pour la signature de conventions de l’Organisation internationale du travail. Voici la retranscription de cette intervention :

Monsieur le président, je crois que ce rapport est une bonne chose. Il propose d’introduire dans les accords commerciaux internationaux les normes de l’Organisation internationale du travail (OIT). Voilà qui est très bien. Et bien, puisque nous en sommes là, j’ai une suggestion à faire. Puisque le traité européen interdit l’harmonisation sociale, pourquoi est-ce que, par exemple, on ne pourrait pas dire que tous les pays membres de l’Union européenne sont obligés de signer les conventions de l’Organisation internationale du travail ? Ceci a une grande importance pour la suite, en particulier pour l’accord TAFTA que nous sommes en train de préparer, car si nous mettons les normes de l’Organisation internationale du travail obligatoirement dans nos traités internationaux, alors nous serons obligés de demander aux États-Unis d’Amérique de ratifier les principales conventions de l’Organisation internationale du travail. Vous ne le savez peut-être pas mais les États-Unis n’ont signé ni la convention sur les libertés syndicales et la protection du droit syndical, ni celle sur le droit d’organisation et de négociation collective, ni celle sur l’égalité de rémunération hommes-femmes, ni celle concernant la discrimination, ni celle sur l’âge minimum du travail ; ils n’ont d’ailleurs pas non plus signé celle sur les droits des handicapés, ou sur celle des enfants. Je vais conclure maintenant en vous disant que puisque nous avons cet objectif, alors il faut soutenir l’initiative de l’ONU qui prévoit d’établir dans les traités des normes environnementales et sociales pour les imposer aux multinationales. Il faut aider au lieu de déserter la table de discussion, au lieu de voter contre à l’ONU, il faut aider madame Maria Espinoza Fernanda, qui est aujourd’hui en charge de cette négociation et la présidente. Et je voudrais saluer le courage de son action et celui du gouvernement de Rafael Correa.

Brexit : l’Europe actuelle, c’est la violence sociale, politique et guerrière

Intervention de Jean-Luc Mélenchon sur le Brexit au Parlement européen le 5 juillet 2016. ➡️ Pour la sortie des traités européens : http://www.jlm2017.fr ➡️ Abonnez-vous à la chaîne : http://bit.ly/290J2yC

Voici la retranscription de cette intervention :

Vous dites que vous avez l’intention de prendre acte du départ de l’Angleterre de l’Union européenne et qu’il faut pour cela, maintenant, très tristement, réformer l’Europe. Mais vous vous gardez bien de dire comment vous comptez le faire. La seule chose qu’on a entendue jusqu’à présent, c’est monsieur Schäuble nous indiquer que, pour lui, le développement futur de l’Europe, c’est un durcissement encore plus rigide du contrôle sur les budgets des États-nations et un contrôle de plus en plus rigide sur les règles sociales qui sont en train de détruire nos sociétés en faveur du capital.

Je crois que l’Europe qui a été construite, c’est une Europe de la violence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’arrive un travailleur détaché qui vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place. Une Europe de la violence politique comme nous l’avons vu appliquée à Chypre et à la Grèce. Et une Europe de la violence guerrière, comme celle que vous êtes en train de préparer face à la Russie.

Tout ça est une folie ! Et je vous le dis : cette Europe-là, les peuples ne cessent de vous le dire, ou bien vous la changez en faveur des êtres humains, ou bien nous la quitterons tous, car personne n’a plus envie de vivre dans un espace pareil s’il s’oppose au moindre fait de sa propre vie pour se développer soi et ses enfants.

En attendant, la vérité est que soit on la change, soit on la quitte. Et cette leçon, vous devez l’entendre. Non, la Grande-Bretagne n’est pas faite de citoyens racistes et xénophobes. Non, le vote « non » n’est pas un vote pour la guerre et contre l’Europe. C’est tout le contraire. Le vote des Anglais comme celui de mon propre pays est un vote pour l’union des peuples, pour la paix et pour la coordination sociale. Mais vous n’en voulez pas !